Le pica est une tendance à manger des substances non comestibles, face-807496_960_720
au delà d'une durée d'un mois.

Cette tendance fait partie du développement normal des bébés de 18 à 24 mois, cependant, certains enfants et adultes , souvent autistes, continuent de manger des substances comme la poussière, le bois, le plastique ou encore leurs excréments.

L’enfant qui est porté à manger des matières non comestibles est souvent en recherche sensorielle et en aucun cas ne le fait pour vous provoquer. Cela est déstabilisant, mais il est important de ne pas punir l’enfant, mais de lui parler calmement et si possible de lui demander de nettoyer lui-même ses dégâts.

 

 

Pour aider votre enfant à diminuer le pica, vous pouvez vous posez les questions suivantes

  • Le fait-il lorsqu'il est inoccupé?
  • Est-il stressé ou anxieux?
  • Le fait-il parce qu'il ne sent pas bien et cherche à se stimuler?
  • Obtient-il de l'attention lorsqu'il le fait?

 

 

Vous jeuxoutilspouvez afficher des pictogrammes afin de rappeler visuellement le bon comportement à adopter, ou encore, regardez des scénarios sociaux et discuter des bonnes façons de faire.

 

 

Ne cherchez pas à faire disparaitre le pica du jour au lendemain mais plutôt à accompagner votre enfant dans un changement éventuel, en remplaçant les comportements à modifier par des comportements adéquats.

 

                                                                                

 

     

face-1083872_960_720La patience, la bienveillance et l'accompagnement sont essentiels.

Il est important de rester vigilant face au pica. Certaines matières ingérées pourraient être nocives dû à la matière, la forme ou la grosseur. En cas de doute communiquez avec un centre antipoison ou directement avec les services d'urgence.

 

 

Le pica peut également être signe d'anémie, d'anorexie ou encore de schizophrénie. Il est important d'en discuter avec votre médecin et de rester à l'affût. Sachez également que le pica touche autant les hommes que les femmes et est parfois présent chez la femme enceinte.

 

Il n’existe pas de traitement médicale dont la fiabilité est établie.
En revanche, des études récentes dans le domaine comportemental laissent de réels espoirs.

 

 

mains-enfant-adulte

 

Crédit photos Pixabay