Autisme, la boîte à outils

Bienvenue sur le blogue

Vous trouverez ici nos artciles et tous nos outils

Vous n'avez qu'à défiler la page et consulter le menu de droite

N'hésitez pas également à visiter notre page facebook

Nous vous souhaitons une belle visite

Posté par Boite a outils à 11:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]


17 septembre 2019

 

AutismeBleu

Posté par Boite a outils à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2019

Ça ne paraît pas...

"Ça ne paraît pas qu'il est autiste"

Tu me la sors tellement souvent celle-là.

Je ne t'en veux pas, je le sais que tu dis ça, non pas pour ME rassurer mais pour TE rassurer.

Te rassurer de n'avoir rien décelé.
Te rassurer que tu fais tout ce qu'il faut.
Te rassurer que ça pourrait être pire..(!)
Te rassurer que tout va comme tu le veux.
Te rassurer que tes attentes sont réalistes....

Je sais, je le vois.

Mais

C'est inutile de me dire cette phrase.
Tu sais comme moi que l'autisme n'a pas de visage.
Qu'il n'y en a pas un pareil, comme tout le monde..!

Mais

C'est difficile lorsque tu me dis ça, alors que mon enfant n'a pas dis un mot de la journée ou qu'il s'est isolé.

C'est difficile car je n'ai pas à te convaincre de l'état de mon enfant.

Je n'ai pas à faire pitié, je n'ai pas à argumenter, encore moins à m'excuser.

"Ça ne paraît pas"

Ça ne m'aide pas.
Ça ne me démontre pas ton soutiens.
Ça ne me démontre pas que tu comprends.

J'ai besoin que tu comprennes ET reconnaisses que mon enfant fait d'innombrables efforts. Pour se mouler, pour te plaire, pour s'endurer, pour se concentrer, pour se calmer,...

J'ai besoin que tu comprennes que nous sommes une famille atypique et que c'est correct comme ça. Que tu te l'admettes et l'acceptes.

On ne cherche pas la pitié, pas de conseils, pas de cure miracle, juste, et seulement juste, l'acceptation.

Et parfois... ça ne paraît pas...

Amélie Bastien
Autisme, la boîte à outils

Posté par Boite a outils à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2019

Le ICI et notre histoire

Il est courant de lire des parents s’interroger sur les thérapies comportementales intensives telles que le ICI.

Si c’est comme pour nous, dès l’annonce du diagnostic, le psychologue nous vantait les mérites de l’ICI et nous a vite fait comprendre qu’il nous FALLAIT offrir ces séances à notre fils. Séances qui, on doit se le dire, sont très coûteuse si notre enfant n’est pas admis pour les services publiques.

Ne pouvant payer le 20 000$ par année pour se l’offrir au privé, et voyant que nous avions de bonnes connaissances, on nous a offert une formation pour offrir nous-mêmes la thérapie à notre fils. J’ai, moi la maman, suivi une formation, dans les règles de l’art avec toutes bonnes intentions. Trois cartables remplis de notes de cours, d’exemples, de littérature, d’exercices, j’avais tout pour débuter.

Nous avons vite désenchantés, nous ne pouvons vous cacher notre déception.

Les connaissances en mains, nous devions maintenant offrir l’ICI à notre fils à raison de plusieurs heures par jour. Chaque thérapie varie selon les besoins de l’enfant, ses choses à travailler. Pour notre fils, c’était le niveau social, la motricité fine ainsi que la compréhension verbale que l’on devait améliorer…

 

Toutes des choses qui sont à développer lorsqu’on est un enfant. Toutes des choses que les enfants n’acquièrent pas en même temps. On devait tirer sur cette fleur qui poussait.

 

S’assoir à la table, regarder des scénarios sociaux, répondre à des questions, essayer de tenir le crayon adéquatement, rester en place quelques minutes,  tout ça, en échange de récompenses. Exiger un comportement, l’obtenir et le récompenser. Tout reposait sur ça. Bien sûr on pouvait utiliser des jeux… Forcer le moment de jouer, imposer la méthode, exiger les demandes, mais surtout, lui demander d’agir comme une personne non autiste, de chasser ses envies.
Il aurait été « programmé » à nous imiter, à se normaliser, sans même s’écouter et se respecter.

On ne souhaitait pas ça. Pour aucun enfant, autiste ou non.

Nous avons cessé après quelques jours.

 

Au lieu de forcer les choses, nous avons fait le choix de suivre les passions de notre fils, de s’amuser,  quand et comme on en avait envie, et ce, en échange de plaisir, de respect et de compréhension.

 

La suite s’est avérée très positive. Notre fils s’est développé, à tous les niveaux, comme tous les enfants, selon son propre rythme. Dans le plaisir, sans chantage, sans forcer le jeu et les apprentissages.

Bien sûr, avec l’ICI nous aurions obtenu certains résultats en pensant qu’il aurait été impossible d’en obtenir autrement.


Quant à notre fils, il aurait été ignoré dans ses goûts et ses envies, tentant de se normaliser. Ce qui est violent et contraire à l’épanouissement de chaque individu.  

 

Respecter une personne, autiste ou non, c’est aussi respecter son développement.

 


Nous voulons simplement vous inviter à croire en votre enfant, d’abord et avant tout.

 

116379262_o

 

Dans le même ordre d'idées "Une évolution remarquable, sans thérapie, avec gluten et bonheur"

Amélie Bastien
Autisme, la boîte à outils

Posté par Boite a outils à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2019

L'autisme, dès la naissance

Un sujet qui est très rarement abordé est « l’autisme chez le poupon ».

 

Bien qu’on  ne diagnostique l’autisme que rarement avant l’âge de trois ou quatre ans, souvent plus tard,  il n’en demeure pas moins qu’on naît autiste et que les besoins et particularités sont présents dès la naissance.

 baby-303068_960_720

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est fréquent de remarquer la « différence » de notre enfant alors qu’il est encore poupon.
On distingue souvent deux types de bébés :

 

Le bébé  « intense »
-Difficulté à boire (boit trop, pas assez, pas de façon régulière),
-Difficulté à tolérer les bras (pleure dans les bras, ne réclame pas les bras),
-Difficulté à tolérer les bruits et lumières,
-Semble inconfortable en tout temps,
-Sourit peu ou pas du tout,
-Crie, pleure mais gazouille peu.

Ce ne sont que des exemples que l’on retrouve chez le bébé éprouvant des difficultés avec ce qui l’entoure. Souvent l’apparition du langage (parlé, signé, visuel) apporte une certaine accalmie. 

 

 

À l’inverse, il y a le type de bébé  « impassible »
-Ne pleure pas,
-Ne semble jamais réclamer la présence des autres,
-Est très calme, patient et dormeur.
-Ne semble pas éprouver de difficulté avec les changements, ni le départ de ses parents.
*Il ne faut surtout pas penser que le poupon n’a pas d’émotions ni de besoins.

 

 

Dans les deux cas, bien souvent, les parents se sentiront « inadéquats » croyant qu’ils s’y prennent mal avec leur bébé. Il n’est pas rare de voir arriver les premiers soupçons des parents, sans qu’ils ne sachent trop ce qui en est.

 

 

Bien sûr, peu importe le bébé, apporter les soins, l’amour et répondre aux besoins demeure essentiel.

 

Reconnaitre des signes pouvant mener à l’autisme ne veut pas dire d’aller consulter pour un diagnostic. Cependant, il est fortement recommandé de noter vos observations. Vous aurez une vue d’ensemble sur l’évolution de votre enfant et pourrez cibler ses besoins.

 

Pour vous guider dans les adaptations que vous pouvez mettre en place, vous pouvez lire sur L’autisme et les sensibilités.

 

Les erreurs à éviter seraient de chercher à changer votre bébé;
vouloir "casser" son caractère,
ignorer ses pleurs, ses besoins,
ne ferait que nuire à votre relation et au développement de votre poupon.

 

L’important c’est de respecter le rythme de votre bébé et d'accepter sa différence. 

 

 people-1839564_960_720

 

 

 

Amélie Bastien
Autisme, la boîte à outils

Posté par Boite a outils à 08:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 février 2019

Médicamenter l'enfance

Ben voyons

Que s'est-il passé pour qu'on en arrive là?

On médicamente de plus en plus, on offre de moins en moins d'aide et de consultations.

On traite l'enfance. On veut la guérir. 

 

Tu as deux ans et tu es agité ? 

Tu as un trouble du comportement. 

Médicament.

 

Tu ne dors pas bien à trois ans? 

Tu as un grave trouble du sommeil. 

Médicament.

 

Tu as quatre ans et ne fait pas comme ton petit voisin. 

Tu as un retard de développement. 

Médicament.

 

Tu deviens impoli lorsque tu es contrarié, tu as cinq ans, c'est grand cinq ans!
Médicament. 

 

Tu perds les pédales? Risperdal !

 

Mais voyons???

À quel moment la société a décidé d'éliminer l'enfance, de vouloir supprimer l'évolution et sauter tout de suite aux conclusions...?

L'enfance est non seulement rendue lucrative mais aussi médicalisée.

Les enfants n'ont plus le droit de se développer à leur rythme. Encore moins le droit et de temps pour apprendre à gérer leurs émotions. On leur demande d'être sage comme des....adultes. 

 

C'est un triste constat. 

À force de chercher des étiquettes, on passe à côté de quelque chose de merveilleux. La différence entre tous et chacun, ainsi que la période de l'enfance, si importante pour la suite....

On demande à des enfants de faire des journées d'adultes, de se concentrer au lieu de jouer et parler, de ne pas bouger au lieu de s'activer, de ne pas déranger au risque d'être expulsé!

La société demande à ce que tous les enfants, tous les individus, se comportent pareil, pensent pareil au détriment de qui ils sont vraiment.

Le bien-être des gens ne passent pas par la prescription mais par la compréhension. Pas par une punition, mais par la communication. 

 

Laissons les enfants ÊTRE des enfants.

 

Amélie Bastien
Autisme, la boîte à outils

 

Posté par Boite a outils à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2019

La rigidité des parents; un frein pour l'enfant autiste

Que l’on soit parent d’un enfant autiste ou non, on doit toujours s’adapter à la personnalité de notre enfant, à ses besoins et à ses différences. Chaque enfant étant unique, il faut tenir compte de plusieurs aspects afin d’offrir une éducation bienveillante qui respecte l’enfant dans son évolution.

 

Des enfants qui sont brimés, que ce soit dans leurs émotions, leurs explorations ou leurs idées, sont des enfants à qui on enlève une partie de leur spontanéité et de leur liberté.

Lorsque ces exigences vont à l’encontre des particularités de l’enfant, cela est néfaste à court et à long terme.

 

« Regarde-moi dans les yeux »
« Ne place pas tes mains sur tes oreilles »
« Joue comme il le faut avec ce jouet »
« N’agite  pas les bras comme ça »

Ce genre d’interventions auprès d’un enfant (autiste ou non) ne fait que créer un tourbillon de frustrations et de batailles complètement inutiles, tant pour l'adulte que pour l'enfant.

 

YesColor

On dit souvent que les autistes ont des rigidités, c'est vrai, mais souvent on trouve les plus grandes rigidités auprès des adultes qui gravitent autour d'un enfant autiste.

 

  « Ne ris pas trop fort » « Ne mélange pas les couleurs de la peinture » « Ne dessine pas un chaton mauve »

C’est important de respecter l’enfant. Il développera sa confiance, en vous et en lui, il découvrira davantage de choses nouvelles ce qui lui permettra d’évoluer à son rythme et avec plaisir, mais aussi, il acceptera ses différences et celles des autres.

 

« La rigidité mentale implique un manque de flexibilité et d’ouverture d’esprit dès lors qu’il s’agit de voir les choses sous différentes perspectives »

 

En tant que parent il est important de se questionner à savoir si nous mettons trop de limites là où il n’en faut pas. Il faut chercher à comprendre ce qui nous dérange dans les comportements que nous brimons et ne pas hésiter à modifier la façon de déterminer ce qui est accepté ou non.

L’ambiance et le bonheur familiale s’en porteront que mieux.  

 

Posté par Boite a outils à 08:26 - Commentaires [9] - Permalien [#]

03 octobre 2018

La poutre du temps de La Renardière

Nous sommes heureux de vous présenter un produit que nous aimons beaucoup, la poutre du temps de La Renardière. Nous avons la chance de tester leur produit présentement et nous vous présentons notre avis.

 

Tout d’abord, comme nous vous en avions déjà parlé ici  la poutre du temps est très intéressante pour se repérer dans le temps, voir ce qui vient dans l’année, mais aussi pour aider vos enfants avec la notion « hier, aujourd’hui et demain ».

IMG_3631

Dès la réception, les enfants étaient bien contents d'en prendre connaissance et de la colorier. Nous avons ensuite choisi de quelle façon identifier la journée en cour, les anniversaires et les congés scolaires. Il n’y a pas de limite à la façon dont vous procéderez.

 

IMG_3638

 

Pour notre part, nous avons identifié les congés scolaires d’un rond bleu, les anniversaires d’un rond rose et nous avons mis en évidence les fins de semaine. Nous avons choisi également de poinçonner la journée en cours ainsi que de l’identifier en jaune afin de se repérer en un coup d'oeil. Dès la première journée, le visuel aide beaucoup les enfants à se repérer et à réaliser, plus concrètement, à ce que représente un mois et même une année.

 

 

 

Au fil des jours, cela devient motivant pour les enfants de voir le temps passer, de voir les congés arriver ainsi que les anniversaires.

 

imagdde2imssage1

 

 

 

 

 

 

 

 

Le passage de l’été à l’automne est plus concret pour notre fils autiste. Les dessins aident grandement à comprendre que la météo ne change pas du jour au lendemain. De plus, le décompte avant l'Halloween, l’hiver et Noël est plus facile à comprendre pour les enfants. Ils sont toujours très motivés à utiliser la poutre comme référence.

 

image1image2image4image3

 

Bien sûr, la poutre du temps favorise l’apprentissage de la lecture en plus de stimuler la motricité fine, selon le mode utilisé pour identifier la journée en cour (crayon, épingle, poinçon, collant) ainsi que la créativité.

 

Nous adorons cette ligne du temps et n’hésitez pas à vous informer auprès de La Renardière pour faire, vous aussi, votre poutre!

 

 

Autisme, la boîte à outils
En collaboration avec La Renardière

 

Posté par Boite a outils à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2017

Il faut garder espoir...

 

 

J'ai mal pour toi.

Je te vois aller, je vois à quel point tu es gentil, généreux, attentionné...
Tu aimes jouer, souvent prêt à partager, tu es d'un naturel joyeux et attachant. Un petit garçon aimant.

Mais ils ne veulent pas jouer avec toi. Ils ne répondent pas à tes invitations, même pas par un "non".

Et j'ai mal pour toi.

Tu continues, jour après jour, à faire tout en ton possible, à t'ouvrir et ça ne fonctionne pas.
Tu commences à te décourager, à déprimer...
Et tu parles de vouloir en finir, tu veux mourir.

Et j'ai mal pour toi.

On ne peut pas forcer l'amitié, mais on peut mener les gens à l'ouverture et à l'inclusion.
C'est un long chemin, mais j'y crois

Oui j'ai mal pour toi

Mais j'ai espoir d'un bel avenir, pour eux, pour toi
Gardons espoir et reste auprès de moi...

 

 3093687779_1_3_xbeVosv1

 

Amélie Bastien
Autisme, la boîte à outils

Posté par Boite a outils à 08:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 novembre 2017

cheznousonvitlautisme

Posté par Boite a outils à 08:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]